AmaniFestival

Playing for change, singing for peace

Illustration

« La musique n’a pas de sexe. »Publié le 20 février 2019

Alors que cette édition touche à sa fin, retour sur les prestations phénoménales des artistes féminines.  

L’événement, qui s’est déroulé sur 3 jours et de multiples scènes, a présenté une grande diversité de femmes artistes, entrepreneurs et employées, au bénéfice du peuple congolais, de ses pays voisins et de sa diaspora grandissante. Le festival a su créer une expérience inoubliable pour plus de douze mille spectateurs chaque jour.

Les organisateurs du festival Amani souhaitaient non seulement assurer la promotion des artistes féminines mais aussi faire en sorte que le publique féminin se sente représenté. La chanteuse d’origine rwandaise, Knowless, a conquis les cœurs des femmes comme des hommes, en invitant les festivaliers à danser et chanter pendant toute la durée de son spectacle. Et Lady Jaydee a donné une performance sublime le dimanche après-midi. Malgré la pluie battante, elle n’a cessé de briller.

Le nouveau groupe masculin R Afrika proclame que « La musique n’a pas de sexe. Nous sommes tous égaux. »

Une nouvelle génération de défenseurs de l’égalité des sexes est en train d’émerger à travers l’Afrique contemporaine. Elle redéfinie le concept de féminisme dans une perspective africaine, et c’est très encourageant. Bien que les femmes doivent toujours faire face à d’énormes défis dans la lutte contre les discriminations, on remarque une sensibilisation de plus en plus grande des populations qui veulent s’engager contre les injustices, dans leur pays et dans le monde.

A travers le site du festival, des entreprises locales dirigées par des femmes partageaient également leur travail dans les secteurs des organisations non-gouvernementales, de l’alimentation, du tourisme et de la mode. Une créatrice de mode locale nous confie : « Etre une femme, c’est un défi mais ça stimule aussi. Ça m’amuse de voir la surprise sur le visage des gens lorsqu’ils se rendent compte que c’est une entreprise dirigée par un femme. Ça me motive à me surpasser. »  

L’expression « autonomisation des femmes » était sur toutes les lèvres pendant la durée du festival, en particulier aux stands des ONG. Les organisations expliquaient la longue lutte menée à travers le pays pour mettre un terme aux violences et restrictions contre les femmes, qui continuent à ce jour. Les 3 journées du festival étaient riches en discussions autour de la promotion de l’autonomisation des femmes. Le festival souhaitait mettre l’accent sur l’égalité des sexes en tant qu’un droit fondamental de base nécessaire à la paix et la prospérité. Nous appelons toujours plus d’invités et d’artistes à nous rejoindre dans les années à venir pour faire la promotion de cette notion à travers le pays.